Retour Programme

La sobriété peut-elle devenir le socle d'une politique de planification territoriale ?
Ce qu'elle est, ce qu'elle propose, ce qu'elle met en œuvre pour transformer durablement un territoire et faire face aux crises.

La rentrée 2022 s'est réalisée dans un appel collectif à la sobriété. Si le terme s'est généralisé rapidement, souvent associé strictement aux enjeux énergétiques, il n'est pas nouveau. Les scientifiques du GIEC, dans leurs récents rapports, évoquent depuis des années l'impératif de sobriété comme un volet d'action incontournable des politiques publiques pour faire face, à la hauteur des enjeux, au défi climatique. La sobriété n'est donc pas qu'énergétique. Elle peut être numérique, foncière ... Elle pourrait donc devenir « systémique » ou « structurelle », une boussole, une matrice nouvelle qui conditionnerait l'ensemble des choix des décideurs publics, y compris des décideurs locaux. Peut-on d'ores et déjà définir la sobriété, ses leviers d'action au-delà des prochains mois et prochaines années ? Comment la caractériser de manière positive et non pas comme un mot alternatif à une forme de décroissance et de politique de la contrainte ? Il s'agit pour les collectivités de l'illustrer localement et lui donner corps de manière réelle, réaliste et pragmatique.

Lab Territoires résilients - Pavillon 4

-

  • Cycle - Sobriété

    Animateur

    • Guillaume DOYEN

      Directeur des rédactions « collectivités » - La Gazette, Techni-Cités, Lettre du Cadre ...

    Intervenant

    • Jean Christophe LOUVET

      Président de la commission développement durable - FNTP

    • Pierre ALBERT

      Directeur - Agence Sud-Ouest de Citadia, SCET – filiale de la Caisse des Dépôts

    • Joëlle COLOSIO

      Directrice exécutive adjointe des Territoires - ADEME – agence de la Transition écologique